Joanna Wong

La Sournoiserie

Du 22 octobre au 17 novembre 2018

Le féculent culturel de LaGaleru est la pomme de terre « Belle de Fontenay ». Dans une critique omniprésente du gaspillage alimentaire, l’installation « La Sournoiserie » de l’artiste Joanna Wong rend hommage à ce légume vertueux. Une pomme de terre qui germe, on ne la considère plus comme comestible, on est prêt à la jeter à la poubelle. Pourtant elle refuse cette mort si facile. Elle n’a jamais été si vivante qu’avec ses tubercules.

 

Chaque année, c’est un tiers de la production alimentaire mondiale qui est perdu ou jeté.

Ne serait-ce qu’en France, plus de 10 millions de tonnes de nourriture finissent à la poubelle chaque année.

Pour nous interroger sur notre mode de consommation et de redistribution alimentaire, l’artiste Joanna Wong, pour son installation « La Sournoiserie », s’est inspiré du journal des pommes de terre d’Henri Cueco. La pomme de terre germe. Des pustules percent leur peau. Cette germination confirme la sournoiserie de ces tubercules.

Regarder une pomme de terre en lui faisant un petit théâtre, la rendre irréelle ou d’une réalité autre, fictive; la couper du monde. A nier ainsi l’alentour, la doute vient à la pomme de terre elle-même  et à force de silence elle vous infiltre à votre tour.

Isoler la pomme de terre du reste du monde, c’est la rendre absurde, ignoble dans sa forme, indifférente, cosmique ou générique, finalement menaçant. C’est aussi provoquer le doute sur l’espace, sur sa dimension de pomme de terre. Le vertige du tubercule vous prend, amplifié par cette permanent inertie.

Artiste plasticienne, Joanna Wong s’intéresse à l’organique. Elle accorde une certaine liberté́ à la matière pour lui laisser trouver sa propre forme. Au travers de ses installations, elle cherche un équilibre entre le contrôle et la liberté́, entre le domestique et le sauvage. L’activité́ créative est un processus plutôt qu’un résultat. Que ce soit la cueillette, l’élevage ou la culture, sa pratique prend des airs d’agriculture urbaine et de cuisine. Elle est actuellement en doctorat d’arts plastiques à Panthéon-Sorbonne et travaille aux Grands Voisins.